Vendredi 28 Juillet

Divers

OREILLETTE ET SPORT - QUEL RETENTISSEMENT ?

Un dossier coordonné par le Dr Marc Ferrière. Revue Cardio&Sport N°35 - Mai 2013. Mise à jour avril 2017.
PARTAGER SUR    

Thèmes concernés : Oreillette, Sport, Bradycardie, Fibrillation atriale, Echocardiographie

INTRODUCTION

Tout événement entraînant une réaction du système
cardiovasculaire a des conséquences à court et long
termes. Le remodelage qui en découle sur le plan cardiovasculaire
est bien connu en post-infarctus et dans l’hypertension
artérielle. Il touche aussi bien le ventricule gauche (le
plus connu car le plus facilement analysable) que le système
artériel mais il n’y a aucune interaction évidente actuellement
et démontrée entre ventricule et stiffness artériel (élasticitécompliance-
capacité vasodilatatrice). Les 2 oreillettes (droite
et gauche de manière différente) n’échappent pas à la règle.

Chez le sportif, l’activité physique régulière entraîne des modifications
(remodelage) correspondant au coeur d’athlète
essentiellement connues sur le ventricule gauche. Le remodelage
des oreillettes, celui de l’oreillette droite moins analysable
que pour l’oreillette gauche se fait sur le mode d’un
remodelage contractile, structurel et électrique.

Chez le sportif, ce remodelage auriculaire :
• explique la prévention de l’athéromatose par le biais de la
fonction endothéliale, du remodelage sympathique ainsi que
du noeud sinusal (la bradycardie du sportif contemporaine de
l’activité physique) ;
• explique la fibrillation auriculaire si particulière chez le sportif;
• est à la base de l’analyse de la fonction diastolique par l’imagerie
(échographie notamment) qui a fait dire que le volume
auriculaire gauche et sa fonction en faisait l’hémoglobine glyquée
de la fonction diastolique.

Comme dans toute adaptation, celle du coeur d’athlète (ou
toute celle secondaire à une activité physique) passe par des
modifications à court terme, aiguës, transitoires et par des
modifications structurales définitives persistantes au long
cours, alors même que l’activité physique se sera normalisée
depuis des années et pouvant expliquer un bénéfice à long
terme (durée de vie, ralentissement de l’athéromatose et des
effets du vieillissement), mais aussi des pathologies plus
spécifiques du sport (FA et troubles de conduction atrio-ventriculaires).
Le retentissement auriculaire montre l’effet bénéfique du
sport mais également qu’il peut être un “maillon faible” du
sport intense.

Les oreillettes des sportifs très entraînés présentent donc
un remodelage anatomique fonctionnel et électrique extrinsèque
(le système nerveux autonome) et intrinsèque (modification
du noeud sinusal).

Ces 3 éléments sont donc naturellement les 3 thèmes choisis
et développés dans ce dossier :
• la bradycardie du sportif avec son incidence sur la fonction
endothéliale,
• la fibrillation auriculaire (FA) du sportif,
• l’imagerie anatomique et fonctionnelle des oreillettes du
sportif : analyse des conséquences sur l’hémodynamique des
oreillettes sur la fonction diastolique.
Pour la bradycardie du sportif, 5 points seront analysés :
- c’est dans l’oreillette droite que naît le rythme cardiaque,
qui passe par des variations au repos, à l’effort, après l’effort,
la nuit, au cours des mouvements respiratoires,
- la bradycardie sinusale est constante chez le sportif entraîné,
- les troubles de la conduction sinusale et/ou intra-auriculaire
sont fréquents chez le sportif entraîné,
- le ralentissement du rythme cardiaque post-effort a une
valeur pronostique (espérance de vie, mort subite, infarctus)
démontrée,
- troubles du rythmes supraventriculaires, troubles majeurs
de conduction en relation avec le système nerveux autonome
et les modifications du noeud sinusal,
- la protection du système vasculaire et de la fonction endothéliale
passe par la bradycardie qui est sans doute un élément
de synthèse de l’effet préventif de l’activité physique.
La FA est la pathologie cardiovasculaire la plus fréquente
secondaire à l’activité physique rencontrée chez l’endurant
jeune. Elle pose également un problème fréquent chez le
sénior.

Enfin, l’échocardiographie du sportif est incontournable mais il
ne faut pas se contenter de la recherche de maladie rare qui modifie
le ventricule gauche. La compréhension de l’adaptation du
coeur d’athlète et de son fonctionnement passe par une analyse
échographique de la fonction diastolique et des 2 oreillettes ;
c’est le troisième volet de ce dossier sur l’oreillette du sportif.


CHAPITRES

1 Bradycardie : les différents cas de figure p.15
Dr Marc Ferrière (CRLC, Clinique Val d’Aurélie, Montpellier)

2 La fibrillation atriale du sportif : une question d’actualité… p.19
Dr Frédéric Cransac (Montpellier)

3 Les oreillettes du sportif : analyse échocardiographique p.23
Dr Stéphane Cade (Service de cardiologie, CHRU de Montpellier)

> Lire la suite (PDF)